Année scolaire 2022/2023, tout change ou rien ne change ?

Publié le 13 septembre 2022 à 16:01

Rêvons d'un monde parfait : tout se passe bien dans l'Éducation nationale, les élèves bien éduqués viennent s'instruire sagement dans nos cours ; la solidarité et la bienveillance règnent entre pairs à tous les échelons de l'institution ; il n'y a pas de querelles individuelles car, en toute intelligence, chaque personnel de la chaîne hiérarchique n'agit que dans l'intérêt du service et non par ambition personnelle ou ressentiment, justifié ou pas, envers tel ou tel ; chaque personnel reçoit un salaire qui, en fonction du coût de la vie, du logement, etc. lui permet de vivre décemment ; etc.

 

Dans ce monde parfait, nul besoin d'un syndicat, nul besoin de défendre les personnels ni de 

combattre des réformes qui, sous couvert d' « innovation », de « réussite de tous », d' « inclusion », etc. ne sont souvent que des réformes budgétaires, des faux-semblants ou du bricolage sans ambition ni vision d'ensemble qui tirent les élèves vers le bas, qui épuisent et découragent les personnels,  qui précarisent les emplois, qui donnent lieu à plus de violence institutionnelle, et j'en passe.

 

Redescendons sur Terre !

 

La nature humaine est ce qu'elle est et la perfection n'existe pas. Cela dit nous sommes

acteurs de notre vie et de nos métiers.  Même si la morosité se répand, tout n'est pas perdu.  En décembre prochain auront lieu des élections professionnelles qui peuvent changer la donne et vous permettre de vous faire entendre enfin, un choisissant d'être représenté par un syndicat neuf, avec une voix différente. Action & Démocratie est ce syndicat, qui ne cesse de croître là où d'autres s'essoufflent et ne sont plus crédibles.

Ceci n'est pas dû au hasard : nous ne nous contentons pas de lancer des slogans dans le vide ou des appels à des grèves sans lendemain qui n'aboutissent à jamais rien et leur ont fait perdre tout sens.  Action & Démocratie se bat au quotidien et gagne. Nous prenons acte que le combat pour nos intérêts individuels et collectifs doit se mener sur tous les terrains : le terrain juridique, le terrain médiatique, le dialogue ferme et sans concession avec des autorités qui finissent par se ranger à nos vues quand elles ont compris que nous n'étions pas animés par le ressentiment ou l'idéologie mais le souci du bien commun et le pragmatisme.

 

Action & Démocratie CFE-CGC se bat au quotidien et gagne !

 

Nous venons d'obtenir une grande victoire devant le Conseil constitutionnel qui a déclaré contraire à la Constitution le privilège donné au syndicats dits

« représentatifs » (selon la loi) d'être les seuls à pouvoir accompagner les collègues qui voulaient contester une décision de l'administration concernant leur affectation, leur avancement ou leur promotion, toutes choses qui ne sont plus du ressort des commissions paritaires.

Les commissions paritaires ont en effet perdu, depuis la loi de 2019 sur la transformation de la fonction publique et la simplification du dialogue social, la plupart de leurs attributions, celles que certains syndicats mettaient abusivement en avant en faisant croire qu'ils étaient incontournables et indispensables à la satisfaction de vos vœux ou l'obtention de votre avancement.

Ils n'ont même pas levé le petit doigt pour défendre ce que d'aucuns appelaient non sans raison leur « fonds de commerce » ! Ces choses sont désormais entièrement gérées par l'administration, mais vous pouvez faire des recours et vous faire accompagner par le syndicat de votre choix.

Action & Démocratie ne ménage pas ses efforts pour accompagner et défendre les personnels avec intelligence, et nous arrivons à les sortir de situations ubuesques et surréalistes face à une machine sourde et aveugle qui frappe n'importe qui si on la laisse faire, mais que l'on peut arrêter en faisant le pari de l'intelligence.

 

Personne n'est à l'abri d'une telle situation, il faut en être conscient…

 

Un courrier de parents d'élèves au rectorat, une hiérarchie qui vous prend en grippe du jour au lendemain, n'importe quel prétexte peut servir à vous pourrir la vie, vous faire convoquer de manière arbitraire et vous exposer à des griefs infondés et des procédures disciplinaires sans objet.  Seuls, vous serez écrasés sans pitié et, à moins d'être un juriste hors pair, serez balayés d'un revers de main par ceux en qui vous aviez placé votre confiance.  C'est pour cela qu'il faut être solidaire, c'est pour cela qu'il est important de vous syndiquer et de bien choisir vos représentants lors des prochaines élections professionnelles.


Ensemble, nous pouvons faire changer les choses, rompre avec la morosité ambiante et retrouver le sens de nos métiers.


«   »