JOB DATING : « Je pense qu’on est en train ici de vouloir préparer l'opinion à des réformes et des changements profonds.»

Publié le 7 juin 2022 à 17:03

René CHICHE, Professeur de philosophie,

 Vice-président et porte-parole d’Action & Démocratie,

Membre du Conseil Supérieur de l’ Éducation

était invité au « Grand JT de  l'Éducation » sur SQOOL TV, le 01/06/2022.

 

Mickaël Dorian recevait en duplex René Chiche, Vice-président et porte-parole d’Action & Démocratie et Laurent Zameczkowski, vice-président de la PEEP (Fédération des parents d'élèves de l'enseignement public). Ils ont échangé autour d'une thématique clé dans le monde éducatif : la campagne de recrutement des nouveaux professeurs dans les écoles, menée par le gouvernement. C'est actuellement en cours au sein de l'Académie de Versailles. Va-t-on vers une ubérisation du métier de professeurs ? C'est la question soulevée par nos invités.

 

Pour René CHICHE :

« La Rectrice de l'académie de Versailles et est une amie, une camarade de promotion de l'ENA du Président de la République. D'ailleurs, qui a obtenu ce poste de Rectrice d'une façon un peu anormale au sens où la loi a été faite sur mesure pour permettre, maintenant, que des personnes qui ne sont pas titulaires d'une habilitation à diriger des recherches, qui est le plus haut grade universitaire, puissent devenir Recteur et Chancelier des universités. Ce qui est quand même assez scandaleux.

 

Or vous voyez, j'ai l'impression qu'en réalité, si on parle de ce job dating c’est justement parce que le président république à un but et que cette opération lui sert, puisqu'il a lui-même vanté un modèle qui est celui du recrutement direct des enseignants par les directeurs d'établissement dans le premier degré ou les chefs d'établissements dans le second degré.

 

Pour l'instant, il s'est engagé sur Marseille justement où il sera d'ailleurs demain avec le ministre de l'Éducation encore une fois pour faire la promotion de ce modèle. Donc moi je ne suis pas dupe.

Pourquoi un Recteur se met-il en scène comme ça sur les réseaux sociaux, pour faire un numéro médiatique qui fait parler ?

 

Ce n’est pas gratuit. Bien sûr que le problème, il est réel, et il existe dans d'autres académies que l'Académie de Versailles. Mais je pense qu’on est en train ici de vouloir préparer l'opinion à des réformes et des changements profonds, contre lesquels, sont effectivement majoritairement contre les enseignants. Alors pourquoi sont-ils contre ? Parce que l'opinion va imaginer sans doute qu’ils sont contre, parce qu'ils défendent leur statut, qu’ils s'accrochent à leur statut et à je ne sais quel privilège. Comme on le fait en général, quand on veut dénigrer n'importe quel mouvement social.

 

Il faut bien voir ce que c'était que le métier d’enseignant. Le métier d'enseignant est de plus en plus difficile et il est de plus en plus contesté y compris par la société elle-même. Lorsque vous avez un professeur qui maîtrise une discipline, on ne doit pas et l’on ne peut pas juger ni sa pédagogie ni son enseignement simplement parce qu’on est, par exemple, mécontent de celui-ci ou qu’on a telle ou telle opinion qui est heurtée par ces enseignements.

 

Un entretien, ce n’est pas du tout la même chose qu'un concours anonyme dans sa forme républicaine.

Je vous rappelle qu’effectivement l'anonymat garantit l'égalité et aussi l'objectivité de la mesure de la compétence des candidats.

 

Donc effectivement, il y a quelque chose d'un peu différent entre le job dating de Versailles, quelque chose d'organisé médiatiquement et en masse et l'entretien par un chef d’établissement. Mais enfin, c’est quand même très différent d'un concours. »

 

Suivre l’intégralité des échanges : https://youtu.be/JgHuMHVe1w4

(de la 5ème à la 29ème minute)

ACTION ET DEMOCRATIE CORSE L ALTERNATIVE NUMERO 13 DU 07 06 2022
PDF – 226,2 KB 107 téléchargements